La médecine, c’est la science du corps. Depuis la nuit des temps, nous utilisons la médecine pour apprendre le mécanisme du corps d’êtres vivants existant sur notre petite planète bleue. Apprendre et comprendre pour restaurer et guérir. Son origine est encore inconnue et pourtant cette science nous est à tous très précieuse car elle est sans aucun doute responsable de l’augmentation de notre longévité. Un homme français de nos jours vit environ jusqu’à l’âge de 80 ans alors qu’au 18ème siècle, son espérance de vie ne dépassait pas les 25 ans d’après le site de l’ined.fr (institut national de d’études démographiques).

La médecine a beaucoup évolué et continue aujourd’hui sur cette lancé.

 

Parmi ces évolutions diverses et variées, arrive aussi celui de la technologie qui vient entrecroiser celui de la médecine car bien sûr les deux sont directement liés. Nous observons depuis quelques années maintenant, l’apparition d’objets qui sont de plus en plus automatisés où l’intervention humaine n’est plus nécessaire. Prenons le cas des automobiles ; nous avons des détecteurs de proximité, des boites automatiques, le régulateur de vitesse et même le « Park Assist ». Tout ça nous paraît maintenant banal mais il y a 20 ans, c’est dans le films SF du samedi soir qu’on avait plus l’habitude de voir ça.

La médecine intègre aussi ce changement technologique qui réduit l’action de l’homme mais lui permet un meilleur contrôle.

 

Il existe un robot appelé le « Da Vinci » qui permet d’effectuer des opérations chirurgicales au niveau de l’abdomen. Créé dans les années 90, il offre au chirurgien un confort de manipulation sans égal : une meilleure précision, une visibilité augmentée et une grande liberté de mouvements. Pour autant, le chirurgien dispose d’une cabine d’opération qui lui permet de contrôler les bras robotique du Da Vinci. Donc, on ne peut pas vraiment parler d’une intervention purement automatisé où l’intervention humaine est absente. Il faut retenir également qu’utiliser des machines n’exclue pas les risques. D’après une équipe de la Johns Hopkins University à Baltimore, le robot Da Vinci aurait déjà rencontré des problèmes techniques qui seraient responsables de la mort de plusieurs des patients aux États Unis.

 

Il existe aussi le robot Rosa, dans la chirurgie pareillement, mais qui opère au niveau du cerveau. Même s’il est plus récent, le fonctionnement de cette machine n’a pas supprimé la présence de l’homme.

 

On parle donc de robot d’assistance à l’homme.

 

Mais serait-t il possible que cette intervention humaine soit réellement dépassée ou absente comme on peut le voir dans certains films de science fiction aujourd’hui ?

 

Si vous avez vu Elysium ou Prometheus alors vous rêvez peut-être qu’un jour, vous vous glisserez dans un scanner confortable en attendant patiemment que votre santé soit régénérée totalement. Seulement est-ce possible ? Difficile à dire, pour le moment nous en sommes à l’assistance à l’homme et c’est déjà un grand progrès.

 

Ce n’est pas la première fois que l’on à affaire à des box en verre, des sortes de scanner à échelle humaine dans le domaine du 7ème art. Le Cinquième élément est un précurseur. Souvenez vous de la scène où la construction du corps de Leeloo est faite à partir d’une main robotique. Le concept est en faite quasiment le même. Dans Le Cinquième élément, on génère de nouvelles cellules, dans Elysium, on les répare (soigner une leucémie). L’idée générale de ces « Medbox » est de fabriquer ou restaurer les cellules.

 

Peut-on réussir quelque chose de similaire au film Elysium dans un avenir proche ?

 

Des études sont en cours actuellement sur les cellules souches. C’est quoi une cellule souche ? C’est la cellule mère. Elle est unique et produit d’autre cellule par la division cellulaire et ainsi développe l’organisme. Les recherches ont pour objectif qu’un jour il sera possible de prélever la cellule souche d’un donneur compatible et ainsi de régénérer des tissus malades chez le patient grâce à celle-ci. Les recherches sont en cours et n’ont rien prouvé pour le moment.

 

Des chercheurs américains ont réussi à régénérer les cellules du cœur après un infarctus chez la souris grâce à des microARN. Bien sûr, ce n’est pas encore l’homme mais ça pourrait potentiellement le devenir, étant donné que nous sommes génétiquement proches de la souris.

 

Finalement, la médecine est en progrès exponentiel grâce à l’arrivée de la technologie cependant nous sommes encore loin des films de science fiction. Même si les concepts et les idées sont proches d’une réalité possible.

Nous savons que la recherche est en cours et que le domaine de la médecine est minutieux et pointilleux, le progrès avance à petit pas. Aujourd’hui, l’intervention de l’homme est requise mais qui sait, peut-être qu’un jour un petit somme dans une boite en verre suffira à vous rajeunir.

Auteur : Théo Girard