Le transhumanisme à l’écran :

La théorie du transhumanisme, proposant une amélioration de l’Homme en passant par des prothèses ou des prolongations nerveuses cybernétiques, s’est développée dans les années 80, bien qu’elle existe depuis les années 50. De nombreux films ont déjà diversement traité la fusion entre l’humain et la machine, que ce soit dans les adaptations d’Asimov, L’Homme bicentenaire et le Robot, dans les nanars des années 80-90 comme Le Cobaye, ou dans la récente love-story de Spike Jonze, Her. Transcendance est cependant le premier film à illustrer la virtualisation de l’esprit humain et non à mettre en avant la montée de l’intelligence artificiellement créée.

Le réalisateur Wally Pfister demanda de l’aide à plusieurs conseillers techniques pour prévisualiser le niveau technologique supposé par le scénario. C’est en côtoyant le docteur Jose Carmena, professeur d’ingénierie électrique et de neuroscience, et le docteur Michel Maharbiz, professeur d’ingénierie électrique, à Berkeley, ainsi que l’ancien chercheur au California Institute of Technology, Christof Koch, aujourd’hui directeur scientifique de l’Institut Allen des sciences neuronales de Seattle, qu’il se rendit compte que la fiction rejoignait de peu la réalité. En effet, les progrès faits en neuroscience, nanotechnologie et recherche cellulaire et robotique atteignent un seuil où la machine pourra bientôt en partie fusionner avec l’Homme.

Les arcanes du savoir

Paul Bettany s’est lui aussi documenté sur son personnage, neuro-biologiste, qu’il devait camper de façon réaliste. « J’ai lu un ouvrage intitulé ‘La Conscience’, absolument remarquable, et puis j’ai rencontré l’auteur, spécialiste du cerveau », dit-il. « Quand je suis entré dans son cabinet, il était en train d’étudier un scanner du cerveau en écoutant du Wagner. « Je lui ai dit, ‘Vous êtes bien le professeur Koch ?’ Il a fait un signe de la main pour me demander de ne pas lui adresser la parole avant la fin de l’aria ».

http://www.allocine.fr/film/fichefilm-214763/secrets-tournage/

J’ai décidé de porter mon étude plus particulièrement sur le film Transcendance qui traite les thèses du sujet du transhumanisme.

Voici les thèmes philosophiques du film :

  • L’intelligence artificielle. C’est un programme élaboré ou non. C’est avant tout une illusion de la vie d’une intelligence, alors qu’il n’y en a pas. L’IA réside dans la complexité de la programmation. L’origine provient forcément d’une autre intelligence.
  • Le transhumanisme. C’est le transfert de la conscience humaine dans une machine. Il considère la conscience comme une donnée mémorielle téléchargeable, considère aussi qu’elle est l’essence ou le principe de la vie. De plus, elle définit l’esprit comme une caractéristique purement matérielle. (Si on télécharge une conscience, elle doit pouvoir contenir sur des supports physiques.
  • Le transhumanisme croit pouvoir télécharger l’être même…
  • La vie / l’âme

Démystification de la transcendance :

Comme le dit Jean-Michel Nesnier : « Ce serait d’abord naïf de croire que notre conscience est intégralement réductible au circuit synaptique de notre cerveau », estime le philosophe des techniques, avant de se questionner : « Que serait un cerveau qui serait découplé de son environnement ? Que deviendrait un cerveau qui n’est pas en interaction ou en co-évolution avec un environnement ? Comment un cerveau déposé dans le formol dans un laboratoire pourrait-il être réceptif à quoi que ce soit ?»

  • Le film Transcendance confond la programmation matérielle d’une machine avec les «arcanes» mystérieux de la conscience humaine.
  • Qu’est-ce que la conscience? Le cogito? Le sens moral? (La question ne s’arrête pas qu’aux sentiments)
  • Aucune réponse significative dans ce film.
  • La conscience est-elle la vie?

Question souvent posée dans le film :  »Prouve moi que tu possèdes une conscience ».

En réalité cette question est une fausse question : la vie se témoigne à elle-même, c’est la spontanéité du vivant.

Est-ce que la conscience est la vie?

Si c’est la même chose pourquoi avoir deux termes pour les définir?

La  »vie » n’existe pas, ce sont les êtres qui sont vivants.

Qu’est-ce qui différencie une machine très sophistiquée, une IA, d’un être de chair et de sang?

Un principe inhérent, constitutif de son essence propre : la vie justement.

La vie ne s’explique pas. C’est un premier principe indémodable, qu’il existe un quelque chose qui procure un mouvement dans les êtres vivants.

La vie et l’âme

 »L’âme se définit nominalement comme le principe de la vie ou des deux à la fois; elle a été définie réellement comme  »la forme d’un corps naturel ayant la vie en puissance. » »

-Aristote, de anima, II ,412 a 20.

Tout être vivant possède une âme. Il ne s’agit pas d’une conception correspondant à la métempsychose (réincarnation…).

La notion d’âme correspond chez Aristote au principe vital. Il est différent chez la plante, l’animal et l’homme. La plante vie sans sentir, l’animal ressent, l’homme conçoit intellectuellement les données transmises par les sens et les exprime (importance du langage).

L’âme n’est pas une  »essence mystico-spirituel inconsistante », alors que chez Aristote elle correspond à des fonctions bien précises de l’humain.

L’âme est spirituelle et immatérielle : l’intellect est la fonction capable de recevoir et d’émuler toutes les formes de données, il ne peut pas être un organe physique, et, par conséquent, l’âme ne peut-être qu’immatérielle.

Si notre esprit était matériel, il ne pourrait pas concevoir des éléments immatériels.

L’âme n’est donc pas téléchargeable dans une machine.

Sur un ordinateur les données sont écrites physiquement, on pourrait concevoir de télécharger des données mémorielles ou certains réflexes habituels inscrits dans le cerveau, mais sûrement pas transmettre une chose aussi complexe que l’âme, ce principe vital, cette force de vie, qui fait que nous somme nous, et que nous nous posons la question du  »je pense donc je suis » (Descartes).

Les nanotechnologies.

Le film s’enfonce donc dans le paradoxe imposé par le réel :

Une conscience a besoin de matière (comme l’âme du corps) et donc l’IA.

Le héro du film crée des nanotechnologies pour interagir avec le monde (autres travaux des transhumanistes). L’intelligence aura toujours besoin de matière pour être traduite dans le monde réel.

Conclusion :

L’impact médiatico-social d’une nouvelle doctrine qu’on essaye d’instiller dans les consciences collectives. De nombreux films basés sur ce thème sont sortis en quelques mois d’intervalle, qui finissent tous de la même manière, et finalement on va s’habituer à ce genre de chose. Quand on nous le présentera comme possible on trouvera cela normal.

Dans le transhumanisme on est au delà du problème de l’intelligence artificielle (Matrix, A.I., etc…). C’est plutôt un délire de transhumanistes qui vise à remplacer l’homme par la machine, rien ne nous démontrera que l’homme est encore présent dans ses ordinateurs téléchargés.

Pensez-vous aussi que les 7 260 000 000 habitants sur Terre pourront se payer une existence supérieure, pouvoir se faire greffer des nanotechnologies et vivre 1000 ans comme on nous le promet ?

https://www.youtube.com/watch?v=W4AG2-qLCuE

Bien-sûr que non. Ces technologies seront évidemment réservées à une élite, à une sur classe, sur race. Et là, on retrouve les thèmes du nazisme.

En fait, le transhumanisme côtoie dans le fond les théories les plus abjectes du nazisme le plus pur, une race supérieure affranchie de la nature, de la mort et de la maladie.

L’I.A., et surtout le transhumanisme, ne sont pas des réalités à prendre à la légère. La  »transcendance » est impossible et ne sauvegarde tout au plus que des accidents matériels de l’être (mémoire) et non de l’être lui-même.

Le transhumanisme a pénétré le monde des médias. Les GAFA et la silicone valley travaille pour développer ces nouvelles technologies, et ils travaillent dur.

Citations prophétiques :

Virgil Georgiou, La vingt-cinquième heure, 1949

« Lorsque les hommes ressembleront aux machines jusqu’à s’identifier à elles, alors il n’y aura plus d’hommes sur la terre »

Sources :

http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Le-transhumanisme-s-epanouit-dans-la-Silicon-Valley-2015-11-03-1376003

Auteur : Lilian SOUCAZE